Quel avenir ?

Lettre à la CGC, ne signez pas !

L’accord UNEDIC doit être rejeté !

La nouvelle convention assurance chômage, ratifiée par le Medef et les syndicats minoritaires CFTC et CFDT réduit encore davantage les droits des chômeurs et des précaires.

Nous ne pouvons que nous opposer à cette nouvelle étape de la précarisation de nos vies et continuer la mobilisation afin d’obtenir l’indemnisation de toutes les formes de chômage par une allocation individuelle ayant le Smic pour référence.

A l’heure où le chômage frappe énormément les cadres, pourquoi la CGC signerais un accord pénalisant cette catégorie socio-professionnelle dont elle est l’une des représentante syndicale ?

La CGC a un rôle à jouer en faveur des chômeurs, des précaires, de tous les salariés en rejetant l’accord sur l’assurance chômage.

Le 6 janvier 2006

Association Pour l’Emploi, l’Information et la Solidarité des chômeurs et des précaires (APEIS)

L’accord UNEDIC doit être rejeté !

La nouvelle convention assurance chômage, ratifiée par le Medef et les syndicats minoritaires CFTC et CFDT réduit encore davantage les droits des chômeurs et des précaires.

Nous ne pouvons que nous opposer à cette nouvelle étape de la précarisation de nos vies et continuer la mobilisation afin d’obtenir l’indemnisation de toutes les formes de chômage par une allocation individuelle ayant le Smic pour référence.

A l’heure où le chômage frappe énormément les cadres, pourquoi la CGC signerais un accord pénalisant cette catégorie socio-professionnelle dont elle est l’une des représentante syndicale ?

La CGC a un rôle à jouer en faveur des chômeurs, des précaires, de tous les salariés en rejetant l’accord sur l’assurance chômage.

Le 6 janvier 2006

Association Pour l’Emploi, l’Information et la Solidarité des chômeurs et des précaires (APEIS)

Lettre à la CGC, ne signez pas !

L’accord UNEDIC doit être rejeté !

La nouvelle convention assurance chômage, ratifiée par le Medef et les syndicats minoritaires CFTC et CFDT réduit encore davantage les droits des chômeurs et des précaires.

Nous ne pouvons que nous opposer à cette nouvelle étape de la précarisation de nos vies et continuer la mobilisation afin d’obtenir l’indemnisation de toutes les formes de chômage par une allocation individuelle ayant le Smic pour référence.

A l’heure où le chômage frappe énormément les cadres, pourquoi la CGC signerais un accord pénalisant cette catégorie socio-professionnelle dont elle est l’une des représentante syndicale ?

La CGC a un rôle à jouer en faveur des chômeurs, des précaires, de tous les salariés en rejetant l’accord sur l’assurance chômage.

Le 6 janvier 2006

Association Pour l’Emploi, l’Information et la Solidarité des chômeurs et des précaires (APEIS)

Aller au contenu principal