Quel avenir ?

Nos voeux 2024…

2004-08-00_DAN~1

Bonjour,

Bon, pour ne rien vous cacher, j'ai un peu de mal à formuler nos vœux d'un simple « bonne et heureuse année » .

Même si j'espère bien évidemment, pour vous et vos proches, d'abord la santé, puis l'amour et enfin le reste dans l'ordre que vous voulez, car comme on dit : « A chacun selon ses besoins »...

Je dirais plutôt que je vous souhaite la meilleure année possible dans ces temps incertains et troublés par de nombreuses guerres, par des crises économiques, sociales, démocratiques, climatiques, internationales, sanitaires.

En réalité, je suis tenté de dire que 2024 sera, en partie, ce que nous serons en capacité d'en faire collectivement. Je reste persuadé que tout reste possible et comme disait Albert Jacquard quand on lui demandait s'il était optimiste ou pessimiste : «  Je n'ai à être ni l'un ni l'autre, seulement volontaire ».

Ce qui est certain c'est qu'il n'y a pas de fatalité, que nous pouvons peser sur de nombreux aspects et contribuer à changer le quotidien et à préparer un avenir qui en soit réellement un, avec chacun(e) nos convictions mais dans la plus large unité possible.

Pour l'Apeis,

Philippe Villechalane

Nos voeux 2024…

Bonjour,

Bon, pour ne rien vous cacher, j'ai un peu de mal à formuler nos vœux d'un simple « bonne et heureuse année » .

Même si j'espère bien évidemment, pour vous et vos proches, d'abord la santé, puis l'amour et enfin le reste dans l'ordre que vous voulez, car comme on dit : « A chacun selon ses besoins »...

Je dirais plutôt que je vous souhaite la meilleure année possible dans ces temps incertains et troublés par de nombreuses guerres, par des crises économiques, sociales, démocratiques, climatiques, internationales, sanitaires.

En réalité, je suis tenté de dire que 2024 sera, en partie, ce que nous serons en capacité d'en faire collectivement. Je reste persuadé que tout reste possible et comme disait Albert Jacquard quand on lui demandait s'il était optimiste ou pessimiste : «  Je n'ai à être ni l'un ni l'autre, seulement volontaire ».

Ce qui est certain c'est qu'il n'y a pas de fatalité, que nous pouvons peser sur de nombreux aspects et contribuer à changer le quotidien et à préparer un avenir qui en soit réellement un, avec chacun(e) nos convictions mais dans la plus large unité possible.

Pour l'Apeis,

Philippe Villechalane

Aller au contenu principal